English   |   Español
Tout effacer
Recherche par mot-clé
Avancée
Choisir un ou plusieurs thèmes
Convergence des politiques
Anticiper les besoins futurs en compétences
Participation des partenaires sociaux
Approches sectorielles
Information sur le marché du travail et des services d'emploi
Qualité et pertinence de la formation
Portabilité des compétences et apprentissage tout au long de la vie
Accès à la formation et utilisation des compétences
Égalité entre les genres
Employabilité des jeunes
Apprentissages
Personnes handicapées
Emploi en milieu rural
Travailleurs migrants
Travailleurs plus âgés
Financer la formation
Évaluer l'efficacité des politiques
Autres thèmes
Archives
2017
Janvier - Juillet
Août - Décembre
2016
Janvier - Juillet
Août - Décembre

Accueil> fr> Disscions>


La validation des acquis de l’expérience, du 24 au 30 septembre 2017

24 September 2017   au   30 September 2017

Alors que la mondialisation s’étend à une allure rapide, le monde d’aujourd’hui est marqué par la diversité et la flexibilité accrues des modes de travail, les moyens d’effectuer le travail; la régularité de l’emploi et la mobilité professionnelle. En raison de ces différentes évolutions, les travailleurs ont pu acquérir des compétences et un savoir auprès de sources et selon des modalités diverses, au sein d’un pays ou dans des pays développés, en développement et émergents. Il est important de bien cerner l’ensemble des compétences acquises au cours d’une vie, quel que soit le lieu ou les moyens de leur acquisition, pour que les travailleurs concernés puissent en faire la démonstration. Posséder la preuve des compétences acquises facilite aussi le transfert entre différents postes et peut éliminer les obstacles à la progression des salaires.

Dans les pays en développement, où le taux d’abandon de la scolarité est élevé, nombreux sont les travailleurs qui acquièrent des compétences professionnelles de façon informelle. Pour cette raison, ils rencontrent des difficultés substantielles à obtenir un emploi décent et à poursuivre leur éducation en l’absence de systèmes permettant de reconnaître les connaissances, les aptitudes et les compétences acquises par des moyens non formels et informels. Dans ce contexte, l’accès des travailleurs à des dispositifs qui leur permettent de concrétiser la valeur de leurs acquis pour s’en servir sur le marché du travail revêt une importance croissante. Comme, au niveau mondial, la moitié de la population active travaille et exerce des activités de production dans le secteur informel (et que l’informalité progresse ....

Voir note explicative complète à la fin de la page.

Questions pour la discussion:

1. De quelle façon votre pays utilise-t-il les systèmes de VAE et quels sont les résultats et les enseignements tirés de cette expérience ?

2. Quelles difficultés votre pays a-t-il rencontrées dans la mise en place du dispositif de VAE ?

3. Les systèmes de VAE peuvent encourager une forme de croissance économique plus participative et plus durable qui profite à tous. Selon vous, quels sont les effets positifs de ces systèmes pour les travailleurs migrants et les réfugiés ?

4. Comment peut-on instaurer un climat de confiance envers les évaluations proposées par la VAE ?

Montrez de l’audace pour le changement : la croissance pour tous grâce à l’acquisition de compétences , 6 au 17 mars

6 March 2017   au   17 March 2017

Plusieurs éléments moteurs du changement transformationnel sur le plan international ont des répercussions majeures sur l’évolution des compétences. Par exemple, les progrès technologiques vont modifier de façon fondamentale notre mode de vie, de travail et nos modes d’échanges sociaux. Souvent considérée comme la quatrième révolution industrielle, l’arrivée de la robotique, de la nanotechnologie, de l’impression en 3D et de la biotechnologie va exiger d’énormes évolutions des compétences nécessaires pour prospérer dans ce nouveau monde.

L’engagement de « Ne laisser personne de côté » pris dans le Programme pour le développement durable de 2030 et les Objectifs pour le développement durable qui l’accompagnent oblige les états membres à établir des plans pour mettre fin à la pauvreté, lutter contre le changement climatique et combattre l’injustice et les inégalités.

Veuillez lire la Note explicative complet.

Questions pour cette semaine :
4. Différents pays ont suivi des approches différentes pour encourager la croissance pour tous par l’enrichissement des compétences. Mais s’agit-il d’élargir l’accès aux établissements dispensant des formations structurées ? Ou s’agit-il d’améliorer la qualité et l’image de l’EFTP ? S’agit-il de compétences spécifiques qui pourraient ouvrir des emplois décents et productifs aux groupes défavorisés ? Ou de créer des débouchés menant à des emplois de qualité, bien rémunérés et qualifiés ? Qu’en pensez-vous au vu de votre expérience ?

5. Y-a-t-il des programmes uniques en leur genre et innovants dans votre pays qui s’adressent aux groupes défavorisés et portent sur leurs besoins spécifiques en compétences ?

6. Le développement de l’automatisation va changer la nature des emplois et ce sont les postes des travailleurs peu qualifiés qui sont le plus exposés. Quels sont les programmes d’acquisition de compétences ou de compétences élargies qui facilitent leur employabilité et leurs perspectives professionnelles ?

7. Nous savons tous que les compétences ne suffisent pas à elles seules à réaliser la croissance pour tous. Comment les initiatives de développement des compétences de votre pays sont-elles rattachées à des programmes plus larges qui favorisent l’emploi pour tous et l’égalité des opportunités ?

Valoriser le potentiel des systèmes de l'enseignement et formation techniques et professionnels (EFTP) et d’acquisition de compétences : à quoi peut ressembler la réforme ?

21 November 2016   au   2 December 2016

En renforçant la capacité des travailleurs à s’adapter à l’évolution des exigences du marché et à tirer parti de l’innovation et des investissements dans les domaines des nouvelles technologies, de l’énergie propre, de l’environnement, de la santé et de l’infrastructure, les nations peuvent devenir plus compétitives dans le contexte économique mondial et mieux répondre aux défis posés de façon croissante par le marché du travail. Mais accroître l’investissement en compétences pour satisfaire les besoins actuels et mieux répondre aux tendances qui touchent toutes les régions du monde appelle la réforme des orientations, des institutions et des méthodes de formation.

Dans la lutte contre la crise mondiale actuelle de l’emploi des jeunes – caractérisée par un taux élevé de chômage et des emplois médiocres et mal rémunérés - l'EFTP peut aider à réduire l’inadéquation des compétences qui touche à un degré disproportionné les jeunes des pays en développement. De plus le fait que l’EFTP est tourné vers le monde du travail peut faciliter la transition entre le milieu scolaire et celui de l’emploi.

Voir note explicative complète à la fin de la page.

Questions pour la deuxième semaine :
5. Quels sont les facteurs clés permettant de déterminer la nature et le type des compétences nécessaires pour l’avenir et en quoi le secteur de l’EFTP peut-il améliorer sa capacité à répondre à l’évolution de la demande en compétences ?

6. Dans quelle mesure l’action des établissements d’EFTP de votre pays s’appuie-t-elle sur des analyses régulières et continues des tendances sur le marché du travail et de l'évolution du secteur industriel ?

7. Quel est le rôle des partenariats publics-privés pour que la formation dispensée par les établissements réponde mieux aux besoins des employeurs et travailleurs individuels ?

8. Les études actuelles démontrent que la capacité à s’adapter à la technologie et à l’automatisation est l’un des grands leviers d’action sur l’emploi et la formation. Quelles sont les réformes nécessaires les plus importantes en matière d’orientations et de dispositifs d’EFTP pour préparer les pays à une ère de technologie avancée ?

9. Quels sont les changements requis pour que les dispositifs d’EFTP contribuent à une croissance plus durable et accessible à tous ?

Disposer des bonnes compétences au bon moment : Comment une approche sectorielle d’enrichissement des compétences peut contribuer à rendre l’économie productive et compétitive

3 October 2016   au   14 October 2016

Les actions menées pour aider les entreprises à trouver une main d’œuvre dotée des bonnes compétences et permettre aux travailleurs d’acquérir ces dernières ouvrent la voie à la prospérité économique et la construction de sociétés plus inclusives.

La Global KSP canalisera cette discussion sur les approches sectorielles d’enrichissement des compétences. La discussion en ligne se fera en deux temps. Pendant la première semaine, la plateforme s'intéressera aux difficultés actuelles auxquelles font face l’industrie et le marché du travail en matière de compétences. Au cours de la deuxième semaine, les participants seront invités à dialoguer et à partager leurs expériences et bonnes pratiques concernant la mise en œuvre d’approches sectorielles de renforcement des compétences.

Voir note explicative complète à la fin de la page.

Question pour la deuxième semaine : les initiatives et les actions qui donnent des résultats:

-Les démarches sectorielles de développement des compétences se sont révélées utiles pour faire participer les employeurs, même si elles prennent des formes différentes dans des contextes nationaux différents. Selon vos constats lors de l’étude des approches sectorielles de renforcement des compétences, quels sont les modèles de participation des employeurs qui sont efficaces ?

-Quel rôle jouent les comités tripartites sectoriels dans l’anticipation des besoins d’un secteur en formations actuelles et futures, dans l’évaluation de la qualité des programmes de formation et leur pertinence et dans l’amélioration de cette dernière ?

-Avez-vous quelques exemples de mesures d’anticipation visant à renforcer les compétences d’un secteur donné afin d'améliorer les performances des entreprises et d’actualiser les compétences des travailleurs ?

-Dans quelle mesure les pays prennent-ils en compte les besoins spécifiques de leurs secteurs principaux lorsqu’ils définissent politiques et orientations en matière d’EFTP et de formation ?

Abonnez-vous pour recevoir notre bulletin
Envoyer